jeudi 13 octobre 2011

Sorrel & Chave : Dignes héritiers des croisés de l’Hermitage.


Ô toi, montagne sacrée aux divins mamelons enchanteurs, ta complexité comme ta diversité me bouleversent au plus haut point. Ô toi, sanctuaire de la Reine Noire où le vigneron chante des cantiques au milieu des arènes granitiques ; telle la merveille d’Alexandrie, tu illumines les nuits des naufragés bachiques. Au détour d’une de tes terrasses babyloniennes je peux croiser ce mystérieux Chevalier, qui au retour des croisades emprisonna son âme dans un Graal immaculé. Au loin sur la colline, deux de ses obligés, gardiens de son héritage, se sont promis de partir en pèlerinage, retrouver ces précieuses reliques, sources de la grandeur légendaire de l’Ermite. Ces deux croisés, dont l’un porte la marque de l’apôtre, livrent leurs interprétations respectives du sacro-saint message de l’Hermitage. Chevauchant la sereine noire sur les galets roulets, la silice, le granit, les argiles, puis le calcaire, ils reconstituent ensemble le puzzle éparpillé des disciples géologiques ensevelis, afin de retrouver l’esprit du messie que l’on nomme ici, Gréal ou Cathelin. Ne voyant le jour qu’en ces illustres années où le souverain du terroir céleste leur fait grâce de ces augustes journées nécessaires à la maturation du raisin, ces prophètes de la Syrah peuvent parfois délivrer des paroles exquises aux papilles les plus sensibles. En l’An de Grâce 2007, Je me souviens encore avoir embarqué sur l'une de ces chaloupes chargée de clous de girofle et de fruits rouges, en compagnie d'un nouveau né (celui de Marc) accomplissant son premier miracle. Voguant sur une lumière minérale à la couleur rubis, je remontais le temps jusqu’au moment où je vis le divin enfant de Jean-Louis, naît en l’An de grâce 1998, me peindre sur le relief de ton sein, un chef d’oeuvre ténébreux, digne de La vocation de Saint-Mathieu. Je me souviens encore de lui me déclamant un psaume riche et inspiré sous une étable en bois à la charpente patinée par le temps, laissant pénétrer en son sein, les reflets lumineux d’une rivière étincelante autour de laquelle dansaient le gibier et le règne végétal. À mon grand désespoir, à l'instant même où je sentis les deux enfants enfin disposés à me livrer tous les secrets de ce divin breuvage, le courant du fleuve Sacré me ramena sur le rivage. C’est alors que je vis la Vierge Noire m’observant du haut de sa montagne. Sans doute veillait-elle secrètement sur ses fils, afin qu’ils ne commettent point le pêché fatal, qui les aurait bannis de l’Eden rhodanien ? Lorsque je sentis son regard persan s’appesantir sur ma personne, je compris qu’il était temps de mettre les voiles. L’âme en peine, je quittais l’Hermitage, convaincu que ce n’était point la dernière fois que j’effleurais ses eaux pures de mes doigts. Ainsi, je regagnais la terre ferme, avec cette parole de l’Ermite gravée à l’esprit : « Laisses donc le temps au Messie de grandir et mûrir, afin qu’il polisse son élevage. Car avec l’âge, il révélera toutes les facettes de l’Hermitage. »



Aucun commentaire:

Restaurant Je Thé...me - 4, rue d'alleray - 75015 - Paris - France
Tel : 01.48.42.48.30 - Fax : 01.48.42.70.66
Ouvert du Mardi au Samedi - Midi & Soir
© Roland Gourmet SARL

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.
Sachez consommer avec modération.