vendredi 7 octobre 2011

Allemagne : Territoire sacré du Riesling

Au pays de Wagner et des Grands philosophes, il existe aussi un roi blanc nommé Riesling. Au-delà de la frontière française, il s’épanouit à merveille sur les coteaux abrupts de la vallée de la Moselle. En bon français que nous étions, nous l’avons longtemps méprisé. Et pourtant, sa pureté et son élégance légendaires ne sauraient trouver aucun équivalent sur la planète. Ressemblant à aucun autres, il s’exprime ici dans toute sa quintessence, grâce à une maturation longue, au cours de laquelle les sols schisteux lui restituent la nuit venue, la chaleur absorbée tout au long de la journée, ainsi que l’acidité nécessaire à son équilibre et, à son vieillissement.
Comme dans tous les plus grands vignobles du monde, il faut des hommes d’exceptions et le talent de grands vignerons, amoureux de leur terre et de leur civilisation pour transcender un cépage et son climat. Ici, en terre allemande, ils sont quelques-uns à avoir compris la nature fragile et tempétueuse de ce pur-sang immaculé, qui ne pouvait exprimer toute sa noblesse, que dans ce pays bien sage lui permettant de mûrir tranquillement. Parmi eux, l’incontournable Egon Müller fait presque figure de mythe aux côtés des non moins talentueux Reinhard Heymann-Löwenstein, Fritz Haag ou encore Joh. Jos. Prum et Clemens Busch.

Un petit tour dans la vallée de la Moselle vous permettra de comprendre le caractère divin de ces vins incomparables. En ce lieu, les grandes cuvées sont souvent issus de vignes cultivées en terrasses sur des pentes si abruptes qu’elles ne tolèrent aucun passage d’engin mécanique ; exception faite de ces fameux monorails qui parsèment le décor grandiose de cette Vallée, et acheminent tout au long de l’année, hommes et outils jusqu’aux cimes les plus élevés, afin que les vignerons puissent extraire l’essence pure et cristalline que daigne leur offrir le roi blanc immaculé.

Se comportant tel le Zarathoustra de Nietzsche du haut de sa montagne, le Seigneur Blanc d’Allemagne exige des hommes qu’ils se comportent tels des surhommes, au milieu de ce paysage tourmenté rappelant les mythes nordiques et les grands Opéras de Wagner, où les ruines des châteaux côtoient la vigne, comme si elles avaient été placé là pour veiller sur le plus illustre des biens de la culture allemande. Chaque année, tel le Sisyphe de Camus, les plus fidèles ouvriers de la Moselle remontent inexorablement la montagne pour en redescendre à l’automne venu, la plus belle des récoltes. Pour qu’enfin, les maîtres chanteurs du Riesling puissent écouter le son du schiste et s’en inspirer, afin d’en extraire la plus belle des vibrations, en ne manquant pas de chanter les louanges de la pureté et de l’acidité du roi Blanc.

Le Charme des vins blancs allemands n’a pas d’égal en ce monde. Il résonne dans nos têtes tel le chant doucereux et envoûtant de la Lorelei nous entraînant par le fond près de son rocher. C’est pourquoi il était impensable qu’on ne puisse leur rendre hommage en vous les faisant découvrir dans ce bel écrin qu’est le restaurant Je thé…me.
Les Vins blancs allemands, c’est à partir de ce mois-ci au restaurant Je thé…me.


Aucun commentaire:

Restaurant Je Thé...me - 4, rue d'alleray - 75015 - Paris - France
Tel : 01.48.42.48.30 - Fax : 01.48.42.70.66
Ouvert du Mardi au Samedi - Midi & Soir
© Roland Gourmet SARL

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.
Sachez consommer avec modération.